Mon Parcours

Après la biologie sous-marine, il m'a paru assez logique de me lancer dans la photo sous-marine d'abord en argentique puis en numérique. Au début (en 2000), il s'agissait pour moi de "remonter" mes observations sous-marines. J'ai donc commencé par la macro ..... et tant mieux car c'est le plus facile pour débuter. Avec la pratique et des conseils, j'ai appris à connaître mon matériel (Nikonos V et flash SB 105) et en particulier le dosage du flash.

J'ai ensuite essayé le grand angle avec l'objectif 20 mm du Nikonos : la découverte de la lumière mixte, du cadrage, l'approfondissement du réglage du diaphragme ....

 

manta attrapant le soleil

Puis bien sûr, le grand angle s'imposait .... d'autant plus qu'un 20 mm sur un reflex en caisson était plus proche du 15 mm sur le Nikonos (que je n'avais pas ) que du 20 mm du Nikonos .........

et voilà un achat pour 2004 !!

Après le grand, le petit voire le très petit :  la consultation de nombreuses photos sur le Web a rapidement fait surgir le besoin de pouvoir photographier la petite faune, ses détails. J'ai donc acheté, en 2006,  un doubleur Kenko qui transforme mon 60 mm en 120 mm et permet de rapport macro 2:1.  

Je recolle ainsi aux espèces que je préfère : les nudibranches et les gorgones, avec une mention spéciale pour les porcelaines sur les gorgones !! porcelaine

 

Autre intérêt, le côté téléobjectif et la possibilité de prendre des petits poissons farouches :

 

seiche

ou de faire des
très gros plans :

eponge et ophiure

Top


Et le reflex numérique ........... 

Quand je me suis équipé d'un réflex argentique en 2002, les reflex numériques arrivaient sur le marché (Nikon D100) et étaient très chers. Depuis l'offre s'est multipliée, les prix ont un peu baissé (ou plutôt les fonctionnalités ont augmenté pour un prix restant assez stable).
Les avantages de la technologie numérique sont :
- possibilité de voir immédiatement ses images et donc d'améliorer sa façon de procéder au coup d'après (plongée suivante, ou directement photo suivante)
- possibilité de prendre, reprendre des photos sans se préoccuper d'atteindre les 36 poses
- entretien minimum puisqu'il n'y a pas de pellicule à changer fréquemment : en adaptant la taille de sa carte mémoire (1 Go contient plus de 200 photos en JPEG haute définition), c'est le besoin de recharger l'appareil qui déclenche l'ouverture du caisson.
Mais pendant longtemps, il a subsisté un point bloquant : le blooming ou l'incapacité actuelle des capteurs de bien traiter un soleil pris de face (la diapositive restant plus performante). Cette fonctionnalité est à mes yeux très importante pour la photo sous-marine puisque j'apprécie de mettre le soleil dans mes photos au grand angle. Elle est beaucoup moins utilisée en photo terrestre, c'est pourquoi je pense que les fabricants ont tardé à la perfectionner.
Les appareils sortis en 2007 (Nikon D300 - Fuji S5) ont été salués par les photographes sous-marins comme très prometteurs sur ce sujet.... j'ai donc craqué en 2008 pour un Nikon D300 qui a effectué ses premières plongées en 2009 et dont voici les premières photos sous-marines

J'avais déjà mis un doigt dans l'engrenage en 2006 avec un APN : Canon Ixus 800
j'ai choisi cet appareil pour les raisons suivantes :
- possibilité de réglage de la balance des blancs
- grand écran, donc viseur assez performant
- appareil compact qui rentre (une fois en caisson) dans la poche de ma stab

Avec ma façon de plonger, j'ai donc la possibilité :
- d'avoir en permanence un appareil photo avec soi y compris pendant des plongées d'enseignement (l'APN est dans la stab) : cela permet de faire une photo d'un animal plutôt rare, croisé au cours d'une de ces plongées d'exercice pendant laquelle, malgré tout, on voit des choses !! 

Comme ce lepadogaster

ou cette lime en balade .....

- de partager sous l'eau avec des élèves, ou avec d'autres palanquées sur ce que l'on vient de voir
 

Pour l'instant je reste autodidacte en m'appuyant sur les conseils de mon entourage, les échanges sur des forums du web et des rencontres avec d'autres photographes sous-marins.

Fin 2010, et surtout en 2011, pour confronter mes photos à celles des autres, je me suis lancé dans les compétitions, challenges et autres concours de photos. Mon niveau s'est amélioré et j'ai eu la joie de voir quelques unes de mes photos  primées.

Visiteur, je te laisse juger des résultats .....


Top

Mise à jour  Janvier 2012